Cosmographie

Peut-on tirer parti de cartes "exotiques" pour stimuler la cartographie contemporaine ? Une réponse positive à cette question découle d’abord du constat que la cartographie mathématique euclidienne standard, celle qui s’impose peu à peu en Europe à partir du 16e siècle, a payé son surcroît d’efficacité technique par un rétrécissement de son langage et de sa capacité d’invention. Le contraste entre le développement spectaculaire des cartes en ligne et des SIG et la relative pauvreté des ressources proprement cartographiques engagées confirme ce diagnostic. L’hypothèse qui fonde ce projet consiste à repartir de la bifurcation qui a mené à la carte « normale » et à aller rechercher d’autres chemins pour l’innovation. 

Trois cosmographies qui sont aussi trois altérités, sont identifiées : celle des Avants, celles des Ailleurs, celle de l’art contemporain. La cartographie occidentale pré-moderne et la cartographie vernaculaire des sociétés non-occidentales offrent des étrangetés stimulantes : une absence de recours à la projection, des métriques non euclidiennes, un rapport analogique ouvert avec le référent, le primat du réseau sur le territoire, la prise en compte des temporalités. Quant à l’art contemporain, il capitalise une culture spatiale qui s’est ouverte à des expériences visuelles très libres presque en même temps qu’elle semblait passer tout entière sous l’emprise de la perspective. Depuis le dépassement du tabou figuratif, au début du 20esiècle, c’est tout un monde d’espaces imaginés qui devient possible, et la carte peut alors servir de référence ou d’inspiratrice, donnant naissance à des œuvres de plus en plus nombreuses. Toutes ces pistes méritent d’être explorées. 

Le projet propose de le faire dans le cadre d’un constructivisme réaliste et d’une démarche reconstructrice. Il assume un double mouvement de contextualisation et de décontextualisation. Dans un premier temps, il s’agit de relier les cartes à l’environnement mental et matériel qui les a rendues possibles pour permettre une réelle identification de leur pertinence, inévitablement située. Dans un second temps, le repérage des innovations qu’elles recèlent prend sens dans le cadre d’un projet contemporain et qui s’assume comme tel : des images extraites de sociétés autres ou de registres différents peuvent nous aider à résoudre quelques questions cartographiques d’aujourd’hui. Le projet consistera, dans cette visée, à identifier un corpus pour les trois altérités, à utiliser une grille d’analyse commune, à identifier des logiques innovantes et, enfin, à tester ces logiques dans la réalisation de cartes contemporaines.